BIEN-ÊTRE POLYNESIE FRANÇAISE

Se faire tatouer en Polynésie | Tahiti

Autrefois le tatouage était considéré comme une marque d’appartenance à un groupe, un clan, une tribu et pour identifier des prisonniers ou des esclaves. Aujourd’hui, pratiqué depuis des années dans le monde, le tatouage est devenu une mode incontestable pour tous un tas de raison.

Outre un effet de mode, pour certains la symbolique du tatouage est une marque qui permet de représenter ses origines, de révéler sa propre personnalité, de dissimuler l’histoire d’une cicatrice, d’embellir son corps, de représenter un événement marquant ou un être cher.

L’histoire de la pratique ancestrale du tatouage diffère selon les pays, ainsi les tribus représentaient principalement les éléments de la nature, de l’environnement, des choses importantes de leurs vies, comme le passage de la vie d’un enfant à celle d’un homme ou d’une femme.

Certains motifs ont des symboliques très anciennes et très puissantes, liés à la spiritualité, ils se transmettaient de génération en génération et évoquaient une place au sein de la hiérarchie. Le tatouage était une combinaison de symboles liés ou non entre eux, les tribus côtières avaient tendance à privilégier les symboles marins, comme les vagues et celle qui vivaient dans les terres préféraient les fleurs ou les animaux.

SOMMAIRE

Les origines légendaires du tatouage Polynésien

Se faire tatouer en Polynésie Française, pourquoi ?

Se faire tatouer de façon traditionnelle

Comment choisir son tatoueur ?

Déroulement d’une séance de tatouage Polynésien

1. L’esquisse

2. Les contours

3. Le remplissage

Les symboles

Comment préserver son tatouage tahitien ?

Quel prix pour un tatouage polynésien ?

-Le dictionnaire du tatouage des îles Marquises Te Patutiki

Les origines légendaires du tatouage polynésien

Le tatouage en Polynésie Française est un art culturel, importé par les habitants des iles Marquises d’origine divine selon la légende. Il ne faut pas oublier que le tatouage et la danse ont longtemps été considéré comme obscène résultant d’une interdiction de tout ce qui était culturel avec l’arrivée des missionnaires.

En Polynésie l’origine de cette pratique ancestrale provient du mot tatau qui signifie « frapper » et qui tire son origine du Marquisien « Ta-Tu » (marquage de la peau) et du Polynésien « Ta-Tau » (marquer, dessiner, frapper). Elle dérive de l’expression « Ta-Atuas », composée de « Ta » (dessin) et « Atua » (esprit-dieu). En effet, les indigènes marquaient ainsi leur corps afin de se concilier les grâces, la protection et les faveurs de leur esprit, de leur ange gardien.

Une des légendes qui donna naissance à cet art ancestrale qu’est le tatouage polynésien :

« Le tatouage, d’après une vieille légende polynésienne, serait d’origine divine. Ce serait les deux fils du dieu Ta’aroa, Mata Mata Arahu et Tu Ra’i Po, qui l’inventèrent pour séduire Hina Ere Ere Manua, la fille du premier homme. Les deux frères transmirent ensuite leur savoir aux Hommes qui trouvèrent cette pratique intéressante et l’utilisèrent en abondance. Mata Mata Arahu et Tu Ra’i Po devinrent ainsi les dieux du tatouage.

Mata Mata Arahu et Tu Ra’i Po faisaient partie du groupe des dieux artisans. C’est donc naturellement qu’ils allèrent demander conseil aux autres dieux. Tohu (celui qui prophétise), créateur des dessins et couleurs des poissons et des coquillages, les initia aux secrets de la beauté et créa pour eux le tatouage. Il inventa et fabriqua pour cela les outils d’os et de bois ainsi que l’encre bleutée qui les embellirait.

Mata Mata Arahu et Tu Ra’i Po s’ornèrent du motif appelé Tao Maro Mata. Puis ils retournèrent danser pour séduire Hina Ere Ere Manua. Ils dansèrent, le visage rougi avec la sève des feuilles du mati (lien) et le corps enduit de monoï (lien) pour mettre en valeur les dessins bleutés qui les recouvraient.

Voyant le magnifique motif symbolisant la séduction, elle fut subjuguée par sa beauté et, écoutant son cœur, trompa la vigilance de ses parents pour s’enfuir avec les deux frères. Elle fut magnifiquement tatouée. C’est ainsi que, depuis ce jour, tous les humains s’embellissent pour s’attirer la bienveillance des dieux et plaire à leurs semblables. » Tahiti Héritage

Se faire tatouer en Polynésie Française ©lemondedesmirons

Regarde-moi et je saurai qui tu es… Le tatouage Polynésien racontait la vie de chaque individu, un simple coup d’œil suffisait à savoir qui était devant lui. Au fur et à mesure que l’individu évoluait, ses marques étaient ajoutées sur son corps et définissaient sa maturité sociale.

Plus qu’un art d’ornement de peau, le tatouage était considéré comme un rite durant lequel on coloriait la peau lors des étapes importantes de la vie comme par exemple prouver de devenir un homme. Longtemps abandonné à cause de la colonisation, le tatouage renait dans la culture Polynésienne et partout dans le monde.

Se faire tatouer en Polynésie Française, pourquoi ?

J’ai toujours aimé l’art du tatouage et pendant notre tour du monde j’avais eu cette idée lors de notre arrivée dans le triangle de Polynésie sur l’île de Pâque. J’ai tout de suite aimé le style et les valeurs Polynésienne et la culture qui s’en dégagent. C’était sur, mon prochain tatouage ce fera en Polynésie, peu importe le temps que cela prendrait pour y aller, finalement je n’ai attendu que 2 ans après notre retour de voyage !

Alors pourquoi en Polynésie ?

Pour des tatouages sur mesures et personnels, avec un sens culturel et une transmission de croyance à travers ces symboles !

Se faire tatouer de façon traditionnelle

Il existe plusieurs méthodes ancestrales pour tatouer la peau, comme nous l’a bien expliqué notre guide lors d’une excursion dans la belle vallée de Papeno à Tahiti. En guise d’encre à l’époque, ils utilisaient de la suie de noix de bancoul dilué avec de l’eau de coco, cette dernière réputée pour avoir des vertus antiseptiques permettait d’éviter les infections.

Les noix de bancoul ©lemondedesmirons

Pour piquer la peau, ils utilisaient des sortes de peignes différents selon la provenance de l’archipel. Au bout d’un morceau de bois appelé peigne à tatouer « taa patutiki » était taillés des dents de cochon, des os d’oiseaux et humains ou des écailles de tortues qu »ils frappaient à l’aide d’un maillet en bois, appelé le marteau « kouta patutiki« .

Le peigne à tatouer ou « taa patutiki » ©tahitiheritage

Aujourd’hui encore il est possible de se faire tatouer à l’ancienne et de façon traditionnelle, vous pouvez contacter MATE Tatoo moorea sur l’île de Moorea.

A l’époque, Des prières étaient récitées durant les séance pour aider le tatoué à supporter la douleur.

L’art de se faire tatouer à l’ancienne ©Eve Henry

Comment choisir son tatoueur ?

Ce n’est pas chose facile de trouver son tatoueur mais avant tout cela, c’est à vous de déterminer l’endroit, la taille, le style qui vous correspond, vous pourrez choisir et vérifier les recommandations de votre futur tatoueur. L’idéal est de prendre contact à l’avance avec lui pour parler de votre projet, du style de tatouage souhaité, Marquisien (patutiki), Tahitien, Samoa, Fusion (plusieurs styles en même temps). Selon la taille du tatouage souhaité, il est préférable de s’y prendre tôt pour obtenir son rendez-vous.

Vous trouverez de nombreux tatoueurs sur l’île principale de Tahiti à Papeete mais, vous pouvez opter de le faire sur une des îles comme Moorea ou Bora bora selon votre voyage.

Personnellement, j’ai opté pour un tatouage patutiki de style Marquisien et la plupart des recommandations que j’ai trouvé sur les forum parlaient de Efraima Tatoo situé rue François Caedella en face du marché de Papeete. Un tatoueur originaire des îles Marquises, le plus a même de réaliser mon tatouage car c’était important pour moi qu’il soit d’origine Polynésienne.

Salon de tatouage ©Efraima Tatou

Et pourtant fraichement arrivée à Tahiti, le premier contact fut un peu spécial, presque froid. En passant le voir au salon de tatouage, je lui ai dit que je voulais une grosse pièce, de l’épaule jusqu’à l’avant bras, le tout en 2 séances seulement (je n’avais aucunes notions du ratio temps/travail).

Là dessus il a rebondi avec une petite boutade, le sourire en coin, en me disant  » Vous les métros, pensez être des guerriers et au final je ne peux jamais finir mes tatouages car au bout de 4-5h vous avez trop mal et je dois arrêter… » Alors je lui ai juste répondu que je n’était pas un guerrier, mais que j’étais dure au mal…

Efraima Tatoo ©lemondedesmirons

Je lui ai donc demandé de faire le maximum qu’il pouvait tatouer en 2 séances. L’idéal est de réaliser votre tatouage à la fin de votre voyage car une fois réalisé vous ne pourrez pas exposer la zone tatouer au soleil, ni vous baigner. Il faut aussi respecter quelques impératifs avant de réaliser son tatouage en règle générale : attention de ne pas prendre de coup de soleil (la peau qui pèle c’est pas possible) et surtout pas d’alcool la veille du tatouage car ça fluidifie le sang !

Déroulement d’une séance de tatouage polynésien

1. L’esquisse

Les tatouages Polynésiens sont élaborés sur place et sans calque pour s’adapter parfaitement à la forme et la physionomie de la zone tatouée. Tout d’abord, une discussion s’engage avec le tatoueur pour se mettre en accord sur les sujets à transcrire à travers le tatouage. Une fois les idées échangées, le tatoueur commence l’esquisse à main levé puis, si vous valider le projet le tatou peut commencer.

L’esquisse du tatouage ©lemondedesmirons

2. Les contours

C’est parti, on commence à piquer les premiers contours, la naissance du tatouage prendre forme. Pour réaliser les contours il a fallut 9h de piquage avec une petite pause déjeuner d’environ 10 minutes ! C’est là que le respect entre le tatoueur et moi s’est installé, mais le plus dure restait à venir, le remplissage !

En générale, pour les contours, l’aiguille entre jusqu’à 1 mm sous la peau, pour le remplissage c’est le double, ce ne sont pas les mêmes sensations.

Et quand je lui pose la question, combien de temps pour le remplissage et qu’il me dit 9h, je pense à une blague, mais à tort…

Les contours du tatouage ©lemondedesmirons

3. Le remplissage

Et voilà le jour tant redouté du remplissage. La peau encore enflammée de la veille, les premiers coups d’aiguilles font vraiment mal mais, au bout d’un certains temps, je ne sent quasiment plus rien.

Au bout de 5h de remplissage le tatoueur me demande si je veux un cachet, je lui dit non, j’ai voulu ce tatouage et j’assume la douleur comment un vrai polynésien d’antan. C’est là qu’il ma expliqué que pour lui, sa limite était de 5-6 h, après il prend des cachets anti douleurs.

A ce moment là je suis fier comme un coq mais, au bout de 8h30 je flanche, surtout quand il a passé une demi heure sur le remplissage du coude, j’en avais les larmes au yeux mais, aussi des montées de colère. La dernière demi heure a été horrible, il restait 2 ou 3 ombrages à faire au niveau du coude que je n’ai pas pu terminé.

Bon le tatoueur était tout de même content du travail et de ma tolérance à la douleur, un vrai guerrier qu’il me dit ! J’étais bien content ! Vivement le prochain voyage à Tahiti pour faire la suite de l’avant bras !

Mon tatouage Polynésien ©lemondedesmirons

Les symboles

Chaque tatouage Polynésien est unique et très personnels, il se différencie sur chaque individu par l’ensemble de leurs symboles. Il permet de représenter la personne qui le porte, de véhiculer certaines valeurs comme la famille, l’union, les ancêtres, le parcours de vie et les éléments de mère nature.

On retrouve très souvent le lien à la terre et à la mer qui est très important pour les Polynésiens. D’ailleurs à chaque naissance ce lien est respecter ainsi, le placenta trouve sa place sous terre pour faire pousser un arbre et le cordon ombilical retrouve la mer. Parmi les symboles les plus courant, on compte l’océan, représenté par les vagues, le tiki, une représentation humaine des demi-dieu Polynésien et les animaux tel que la raie manta ou la tortue.

-Le dictionnaire du tatouage des îles Marquises Te Patutiki

Pour préparer et personnaliser votre tatouage, vous trouverez sur internet la signification de certains symboles Polynésien utilisés mais, pour les personnes qui sont passionnés par la culture polynésienne en matière de tatouage, ce bouquin est fait pour vous. Il vous permettra de connaitre et d’apprendre les symboles pour pourquoi pas de réaliser votre tatouage sur mesure et selon vos idées.

Rédiger par Teiki HUUKENA, ce premier Tome écrit en Français et en Anglais répertorie les différents symboles et leurs significations utilisés pour confectionner les tatouages Marquisiens. On y trouve aussi l’histoire et la propagation du tatouage à travers les différents pays du monde, un livre très enrichissant. Ce livre est décliné en 2 TOMES, il peut-être commandé sur le site de l’Éditeur sur TIKI Edition pour 39€. Bonne lecture à vous !

Mon livre sur le tatouage Polynésien ©lemondedesmirons

Comment préserver son tatouage tahitien ?

Après chaque tatouage il est nécessaire d’effectuer des soins afin d’éloigner tout risque d’infection. Pour ce faire, une hydratation régulière de la peau est très importante. Pendant environ 3 semaines, il faudra prendre soin de votre nouveau tatouage au moins 2 fois par jour et éviter toute activité comme la piscine, la mer, ou autre et il ne faut pas porter de vêtements qui collent à la peau, ni l’exposer au soleil. Afin de favoriser la cicatrisation, il est important de ne pas exposer

Quel prix pour un tatouage polynésien ?

Pour les prix du tatouage c’est vraiment variable d’un tatoueur à un autre, pour ma part ce tatouage m’a couté 100 000 francs pacifique soit l’équivalent d’environ 850€ (vraiment pas cher), mais qu’on se le dise ce n’est pas une référence. En générale, il faut compter entre 100 et 120€ de l’heure pour un tatouage.

Si vous avez aimé cet article ou si vous avez des questions, hésitez pas à me contacter ou à laisser un commentaire !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :