Partir faire le tour du monde en famille


SOMMAIRE

Interview: Faire le tour du monde en famille avec ses enfants

–› Qui êtes-vous ?

–› Pourquoi avoir pris cette décision de partir découvrir le monde ? Quel a été l’élément déclencheur ?

–› Comment l’annonce de ce départ a été accueillie par votre entourage ?

–› Comment avez-vous préparé ce départ ?

–› Avez-vous connus des moments d’inquiétude dans cette préparation ou durant le voyage ?

–› Comment s’est passé la déscolarisation pour les enfants ?

–› Côté santé, comment avez-vous gérer les vaccins et la pharmacie de voyage ?

–› Avez-vous rencontrez des problèmes de santé durant ce tour du monde ?

–› Quel a été votre objet indispensable ?

–› Quelle est la plus grande aventure du périple que vous avez vécu ?

–› Quelle est la plus grande aventure du périple que vous avez vécu ?

–› Quel est le souvenir le plus mémorable de cette expérience ? Avez-vous eu un réel coup de cœur ?

–› RETOUR SUR UNE ANNÉE : LE BILAN ?

-Du point de vue de tous

-En chiffre

–› Comment s’est passé le retour après un tel périple ?

–› Où pouvons-nous lire et suivre vos prochaines aventures ?

-Leur blog

–› Ce tour du monde à t-il changer vos relations familiales ? Est-ce qu’un nouveau projet à vue le jour suite à cette expérience ? 

Ils quittent tout pour partir à l’autre bout du monde en famille avec un, deux, trois enfants … Ils nous racontent l’aventure de leurs vies …

Parce qu’il n’y a aucune catégorie de gens dédiés à faire le tour du monde … Peu importe qui vous êtes ou ce que vous êtes, la seule idée est de sauter ses propres barrières de craintes et de peurs pour vivre son rêve … Et le plus dur est fait !!

Même si seulement 914 kilomètres nous séparent aujourd’hui, c’est au Laos que nous avons la chance de les rencontrer durant notre boucle à scooter sur le plateau des Bolovens dans une plantation de café. Souvenir des enfants qui ont adoré manger les fourmis rouges … Un peu plus tard, nous nous sommes recroisés spontanément aux 4 000 îles sur l’île de Don Khône pour partager un moment ensemble dans un restaurant … Partir en tour du monde en couple était déjà un défi, mais avec Trois enfants nous admirons cette démarche … Cette belle aventure et belle rencontre !!

IMG_20171113_131447Notre joli rencontre ©lemondedesmirons

Ils nous avais parler de leur enveloppe de défis que leurs proches leur avaient confiée pour réaliser des défis à l’autre bout du monde; nous adorons cette idée. Parmi les défis qu’ils nous ont racontés celui de faire la plus grande tyrolienne du monde situé au Népal à Pokhara avec ses 1,8 kilomètres de long pour un dénivelé de 800 mètres et une descente pouvant atteindre environ 120km/h.

Bien sûr on se donne quelques nouvelles de temps à autre de cette aventure folle qui fait notre lien commun. Peut-être auront nous la chance de nous recroiser en France ou partout ailleurs dans le monde …

 

Interview: Faire le tour du monde en famille avec ses enfants

Qui êtes-vous ?

FamilleLa famille 5 BZH ©5BZH

Pourquoi avoir pris cette décision de partir découvrir le monde ? Quel a été l’élément déclencheur ?

Conversation d’un début de semaine, un Lundi ordinaire ?

———————————————————————————-

Lundi 02 mai 2016 12 :09                   Je ne suis pas motivé … c’est affreux
Lundi 02 mai 2016 12 :10                   Moi non plus
Lundi 02 mai 2016 12 :12                   On fait quoi ?? On plaque tout et on fait le tour du monde ??
Lundi 02 mai 2016 12 :13                   Oui ?? (…)
Lundi 02 mai 2016 12 :49                   Ça t’as pris comme ça ?
Lundi 02 mai 2016 12 :51                    En même temps que je t’écrivais le SMS
Lundi 02 mai 2016 12 :54                   Ça te plait comme projet ?
Lundi 02 mai 2016 12 :55                   C’est fou, mais quelque part c’est le rêve de tout le monde!
                                                                  Évidemment
Lundi 02 mai 2016 12 :56                  Alors on fonce ?
Lundi 02 mai 2016 12 :59                  Non mais tu me fais quoi ?? Tu penses que ça se prend comme ça ce
                                                                 genre de Décision !!
Lundi 02 mai 2016 13 :02                  Oui 😉 ça me plaît comme projet et les enfants nous dirons merci !

              ———————————————————————————-

Voilà comment ce projet un peu fou a débuté. Le lendemain maman reprenait une vie normale, et papa commençait à réfléchir au financement, aux différentes problématiques qui seront à résoudre avant de franchir définitivement le pas.

On doit vous dire que pour papa, c’était à quelques jours (4 pour être précis) de ses quarante ans, c’est surement ce qu’on appelle la crise de la quarantaine.

Eh oui, un tour du monde … Beaucoup de personnes en parlent … Quelques-uns commencent le travail de préparation et peu se lancent réellement dans l’aventure.

Papa prendra très rapidement la décision de franchir le pas, sans trop considérer les inconvénients d’une telle décision. Pour maman, et bien le temps de réflexion est plus long, beaucoup plus long. Elle sait qu’elle est la dernière personne à pouvoir annuler ce nouveau projet. En fait il faudra attendre le mois d’Août 2016 et nos vacances à Samoëns, 4 mois plus tard,  pour que cette idée fasse définitivement son chemin. Ce déclic a eu lieu lors d’une randonnée à la journée au lac d’Anterne. C’est sûrement le grand air, les beaux paysages, une bonne compagnie (Clin d’oeil à l’équipe de Samoëns : Thyphaine, Claire, Nicolas, Joseph et Pauline), ou peut-être encore la vue du rare gypaète barbu, qui lui fera prendre cette décision. C’est aussi surement un signe de se décider lors d’une randonnée, ce sera en effet un fil rouge lors de ce tour du monde.

 

Comment l’annonce de ce départ a été accueillie par votre entourage ?

L’étape suivante c’est une étape assez sympathique, celle de l’annonce. Nous nous rendrons compte plus tard que les premières personnes informées seront celles qui nous soutiendrons dans le projet. C’est sûrement l’inconscient qui prend le dessus où simplement que notre entourage a aussi l’âme de voyageurs.

Les premiers informés seront les parents de Kler, qui mettrons un peu de temps à trouver quel était notre nouveau projet … après avoir tout énuméré : nouveau travail, nouveau déménagement, …, non Kler n’est pas enceinte non plus. Ils finissent enfin par comprendre qu’il s’agit d’un tour du monde. Ah non ! tout n’est pas encore compris, la maman de Kler imagine un instant que seul David partira faire le tour du monde. Après avoir éclaircis les quelques détails nécessaires : un an, en famille, avec les enfants, nous avons maintenant deux autres personnes à qui nous confier. Et que c’est agréable d’avoir un soutien moral.

 

https://i1.wp.com/5bzh-a-l-aventure.com/wp-content/uploads/2017/07/IMG-20170628-WA0013.jpgOn quitte Kerroc h pour tour du monde ©5BZH

Nous avons décidé de ne pas en parler à plus de personne. A ce niveau, même les enfants ne sont pas informés du projet. Cela nous paraît important de lever tous les verrous et les points de blocage avant de diffuser plus largement ce nouveau projet.

Le 20 octobre 2016, le moment fut venu pour leur annoncer, en plein milieu de semaine, nous les invitons à prendre un apéritif en famille. Lilian, le premier est soupçonneux, il dit à ses frères :

 » La dernière fois qu’on a fait un conseil de famille en pleine semaine c’était pour nous annoncer l’arrivée d’un petit frère. Adam en l’occurrence.  »

Nous le rassurons, il n’y aura pas de petit frère ou petite sœur mais effectivement ce que nous avons à leur annoncer risque de changer leur vie.

Nous leur remettons à chacun une fiche et nous les laissons réfléchir.

Fiche

Fiches techniques d’annonce TDM ©5BZH

Ils parlent vite de voyage et Lilian, encore lui, émet le premier l’idée d’un long voyage.

Voilà c’est fait le mot est sorti :  » On va faire un tour du monde, waouhhh trop cool ! « 

Ils sont excités comme des puces les questions fusent, dont une qui restera à jamais gravée et associée à ce moment. Cette question c’est Adam, 5 ans, qui nous demande le plus sérieusement du monde et après avoir fêté avec ses frères cette annonce qui allait sûrement rester marqué à vie :

 » Dîtes !! C’est quoi le monde ?  »

Après avoir sortie le globe pour illustrer ce que pourrait être notre voyage. Nous leur présentons le projet et nous leur expliquons que nous voulons les intégrer et les faire participer à celui-ci. Nous leur posons quelques consignes et contraintes dont une principale. Ils ne doivent en parler à personne tant qu’on ne les autoriserait pas. Tout n’est pas encore validé (financement, scolaire, travail), et ne nous voulons pas trop ébruiter ce projet pour simplement ne pas avoir trop de monde à prévenir en cas d’annulation. L’autre point sur lequel nous leur demandons de faire des efforts c’est sur leurs comportements. Ils ne pourront pas préparer le projet à notre place mais ils pourront à leur échelle nous faciliter la vie en étant simplement raisonnable. C’est déjà beaucoup demander pour des enfants de 5, 8 et 11 ans. Et puis le plus important, nous leurs demandons de réfléchir rapidement à ce que leur évoque ce projet. Et surtout de nous dire s’ils veulent passer pendant notre voyage dans des endroits particuliers.

https://i1.wp.com/5bzh-a-l-aventure.com/wp-content/uploads/2017/02/Calendrier.jpgNotre plan de voyage ©5BZH

En ce début d’année, et maintenant que le point de non-retour est officiellement dépassé, nous mettons fin à l’épreuve que nous avons imposée aux enfants. La longue et courageuse attente des enfants est levée en ce début d’année. Nous leur donnons (enfin) l’autorisation d’en parler et de l’annoncer aux copains et à notre entourage. Il leur aura fallu un sacré courage pour garder un tel secret pendant un peu plus de deux mois.

Les réactions des gens à l’annonce représentent vraiment une palette d’émotion assez vaste. Aux yeux de certains, nous passerons pour des fous !! Faire un tour du monde avec des enfants, quelle inconscience !! Pour d’autres nous passerons pour de courageux aventuriers… Heureusement la plupart des réactions seront des encouragements voire même de l’admiration pour certaines. Quoiqu’il en soit notre décision est prise et nous ne nous laisserons certainement pas perturber par ces considérations.

Les commentaires sont vraiment divers et variés. Nous retenons que ceux qui nous encouragent mais certains sont surprenants et nous ne les comprenons pas. Nous pouvons échanger de point de vue avec ceux qui s’inquiètent pour les enfants surtout au niveau de leur âge et leurs capacités à supporter une telle aventure ou même pour ce qui est de la scolarité. Mais nous avons également des commentaires très négatifs qui vont jusqu’à nous reprocher de prendre le risque  de donner goût aux voyages à nos enfants. Nous avons une vision radicalement opposée en espérant bien pouvoir leur donner effectivement le goût au voyage et l’esprit d’aventure.

 

Comment avez-vous préparé ce départ ?

Nous pouvons à ce moment donner un peu plus d’information sur l’idée plus précise que nous nous faisons de ce voyage :

Les enfants seront au cœur de ce projet :

Lilian 12 ans le 29/12/2016

Timéo 9 ans le 17/05/2017

Adam 7 ans le 28/10/2017

Si nous revenons en France après un an en ayant réussi à leur donner une ouverture d’esprit sur le monde qui les entoure … nous aurons réussi notre pari. Nous souhaitons passer assez de temps dans les pays visités pour pouvoir rencontrer des « locaux ».

Nous nous fixons comme objectif de pouvoir visiter des écoles, voir laisser les enfants « en classe » 1 jour ou 2, dans chaque pays traversés.

Notre fil Rouge est vraiment celui – là. Leur donner l’envie d’apprendre, de découvrir, d’être curieux et de profiter de la vie (il n’y a pas que la PS4 dans la vie !)

Nous voulons leur montrer qu’ils ne connaissent qu’une infime partie du monde qui les entoure.

Nous prévoyons de compléter avec chacun d’entre eux un projet qu’ils ont défini eux même, ces projets seront pour eux, enfin on l’espère, un fil rouge, et les impliquera dans la visite de chaque pays.

Les projets qu’ils ont choisis sont les suivants :

https://i2.wp.com/5bzh-a-l-aventure.com/wp-content/uploads/2017/02/projets-des-enfants.jpg

Bon bien sûr, on le fait aussi pour nous. Pour profiter de la vie et de notre famille. Pour découvrir le monde pour avoir le temps de visiter en dehors des sentiers touristiques. Nous ne voulons pas faire ce tour du monde en mode vacances à 100 à l’heure !

Bien au contraire on préfèrerait se poser une, deux, trois semaines au milieu des habitants, prendre le temps de rencontrer les gens, découvrir la vie locale et tant pis si on ne voit pas tous les sites touristiques (on y reviendra).

Afin de mener à bien ce projet et pour permettre aux enfants de rencontrer des gens leur permettant d’avancer sur leur propre projet, nous sommes à ce moment-là à la recherche de personnes qui connaissent des personnes…. Qui connaissent des personnes … qui sauront peut-être nous aider à organiser notre voyage dans certains pays. Ce seront des contacts précieux en cas de problèmes de santé, administratif ou autre… Eh oui, nous partons avec trois enfants. La sécurité reste quand même un impératif dans notre préparation.

Cette recherche aura été très chronophage mais elle nous aura facilité la vie pendant notre voyage.

DSC09290La famille 5BZH ©5BZH

Ah oui … Kler fixe quelques contraintes. La première, on doit trouver les financements sans vendre la maison où sans prendre le risque de devoir s’en séparer au retour. La deuxième, on garde nos travails. On devra trouver une solution pour négocier un accord pour une année sabbatique.

En janvier, les derniers points bloquants sont levés, les préparations avancent bien. Nos employeurs respectifs ont accepté notre année sabbatique. Nous pourrons profiter à fond de notre voyage sans nous inquiéter de notre avenir professionnel et sans nous pourrir les derniers moments de notre voyage en se posant les multitudes questions sur notre avenir.

Du côté des écoles, et du suivi scolaire, cela avance aussi très bien. Nous avons le soutien des deux établissements scolaires de nos enfants. L’école de Notre Dame de la Garde nous annonce qu’ils prendront sûrement notre voyage comme projet de l’année. Du côté du collège Jean-Paul II, une rencontre avec la direction de l’établissement, nous rassure aussi sur la possibilité de louper la quatrième pour Lilian.

Nous faisons une demande d’instruction en famille auprès de l’académie. Nous recevons très rapidement une autorisation. Nous profitons aussi de cette démarche pour prendre rendez-vous avec le maire de notre commune pour l’informer de notre projet, qui l’accueille avec enthousiasme et un peu d’envie.

Éduquer ses propres enfants, ça paraît simple comme cela, nous en reparlerons sûrement plus tard. Mais on peut déjà vous dire que cela n’a pas été une partie de plaisir… Loin de là !

En fait nous ne nous fixons pas cela comme une contrainte, nous ferons de notre mieux et si ce n’est pas suffisant et bien nos enfants auront la possibilité de redoubler. Après tout, on ne leur demandera jamais à quel âge ils ont eu leur bac.

Les pays traversés seront :

Irlande – Chine (en Septembre) – Népal – Thaïlande – Vietnam – Laos – Cambodge – Indonésie (en février) – Nouvelle Calédonie – Polynésie Française – Ile de pâques – Chili (fin Avril) – Argentine – Bolivie – Pérou – Canada (en juillet)- France (10/08/18)

Notre itinéraire ©5BZH

Avez-vous connus des moments d’inquiétude dans cette préparation ou durant le voyage ?

La prochaine étape est la création d’un blog. Nous pensons, j’espère à juste raison, que ce sera un bon moyen pour nos proches de suivre nos aventures, de vivre notre projet au plus près de nous. Nous avons d’abord imaginé faire faire le blog. En effet nous ne sommes pas du tout du métier et cela nous paraît dans un premier temps un objectif inaccessible de créer nous même notre propre blog. Pourtant très vite, nous nous rendons à l’évidence. Si nous voulons pouvoir faire vivre ce blog, savoir résoudre les bugs qui arriveront sûrement au cours de cette année il paraît grandement préférable d’être à l’origine de sa conception. C’est décidé, on va au moins essayer de faire notre propre blog. Deux week-ends complets, ajouté à quelques soirées et le blog prend déjà forme. La recette, un hébergeur – OVH – un système de gestion de contenu – WORD PRESS- et beaucoup de lecture et de visionnage de tutoriels. Le blog prend forme rapidement. L’évolution est très intuitive et on peut personnaliser le blog à souhait. Bon ce n’est pas aussi simple que de le dire, mais quand on veut on peut. Nous mettons en œuvre une multitude de widgets pour rendre notre blog fidèle à la vision qu’on s’en faisait.

L’achat du matériel se sera une partie assez simple, mais avant il faut savoir avec quoi nous devons partir ! Nous avons été Les Globes Testeurs en partenariat avec Décathlon Lorient.

Les Globes testeurs à Bangkok ©5BZH

Il faut le strict nécessaire pour ne pas s’encombrer et se charger inutilement mais il faut quand même le minimum pour vivre, et prévoir toutes les situations à risques (médicaments, vaccination, habits chauds et froids, matériel informatique, appareil photo, carte bancaire). Ça ce ne sont que les grandes familles mais il faut pousser la réflexion un peu plus loin pour vous rendre compte qu’un voyage d’un an en tour du monde en sac à dos avec trois enfants demande beaucoup de réflexion et de préparation. Vous auriez pensé à la balle de squash, qui permettra de boucher les éviers lorsque nous aurons besoin de retenir l’eau dans des éviers sans bonde … Vous y auriez pensé ? Et aux câbles d’acier qui nous permettront d’attacher nos sacs à dos lors de nos pauses bien méritées sans avoir l’obligation de garder un œil en permanence dessus. Nous avons eu beau nous creuser la tête, et nous pensions avoir fait le tour de la question et bien c’est une rubrique sans fin. Nous découvrons encore aujourd’hui des idées qui nous aurait bien facilité la vie. Une multiprise par exemple vous affranchie de devoir transporter plusieurs adaptateurs électriques.

Le dernier gros point à gérer est la mise en location de la maison.

Pour la mise en location de notre maison, nous nous sommes adressés à deux agences de location dès le mois d’Avril. Moins de quinze jours après nous avions une visite et un bail signé dans la foulée Ouf un problème de moins. Le seul hic, c’est que les personnes souhaitent avoir la maison au mois de Juillet, Oups, nous ne partons qu’en Août ! Heureusement papy et mamy se proposent avec gentillesse de nous accueillir durant cette période. En fait c’est un mal pour un bien car cela nous oblige à anticiper le rangement de la maison. Fin juin, la maison est vidée, prête à accueillir nos locataires. Cela nous laissera le mois de juillet pour finaliser les détails du voyage. Bon et bien ça c’était sans compter sur la dernière galère du dernier moment, et oui, il y en a toujours une ! Pour nous, et bien c’est simplement que nos locataires, nouveau couple reconstitué, nous ont envoyé un préavis pour quitter la maison fin aout ! Nous avons reçu l’information le 02 aout. Notre tour du monde commence le 6 aout. Nous vivons 4 jours de stress. Mais la décision est prise. Quoi qu’il arrive, on part.  Les agences sont informées, elles connaissent notre projet et nous rassurent. Elles promettent de mettre tout en œuvre pour nous retrouver des locataires. Le fait est que cela reste une partie du budget importante pour compenser une partie du remboursement du prêt de la maison. C’est difficile de ne pas y penser, et si nous ne trouvions pas de locataires… Carpe diem.

En famille à Bangkok ©5BZH

Nous n’avons pas encore abordé la notion de budget mais c’est un point critique. Nous avions très rapidement estimé le coût d’un tour du monde, des achats d’un billet d’avion et du matériel nécessaire sans trop de difficultés 15 000€ par personne. Nous avons été néanmoins surpris par l’accumulation des frais résiduels qui restent à payer en France pendant notre tour du monde. Ce ne sont pas forcément des grosses sommes, mais en les accumulant tous les mois pendant un an et bien cela représente un budget conséquent. Il faut considérer l’ensemble des assurances, des impôts, des remboursements de prêts et bien d’autres encore.  Cette somme est assez conséquente pour nous avoir fait peur sur notre capacité à pouvoir budgéter notre projet et même le remettre en cause.  Alors vous comprendrez que cette galère du dernier moment, avec une maison qui n’est plus louée, a tendance à rester en tâche de fond et être une inquiétude constante pour la suite de notre voyage. Un nouveau couple de locataire sera finalement trouvé en Septembre.

 

Comment s’est passé la déscolarisation pour les enfants ?

Et voilà je savais bien que nous allions reparler de la déscolarisation des enfants. À ce sujet nous avons fait la déclaration en règle nous avons averti l’académie ainsi que le maire de notre commune qui est garant de la déscolarisation de nos enfants, de l’éducation en famille c’est-à-dire qui est responsable de veiller au fait que nous éduquons nos enfants. Pour ce qui est des cours, nous avons fait le choix de ne pas prendre la solution proposée par le CNED. Tout simplement parce que nous avons fait le choix de partir en sac à dos et que la proposition du CNED, n’est pas compatible avec ce mode de transport.

L’école au Laos sur les 4000 îles ©5BZH

Nous avons donc récupéré les supports numériques et nous sommes partis avec un livre du type « tout réussir sa 6e ». Nous ne nous sommes pas fixés de planning de suivi des cours. Nous pouvons avec du recul estimez avoir fait 2 demi-journées par semaine de cours. Malgré ce planning relativement light nous avons terminé le programme en avril, du mois de mai au mois d’août nous n’avons fait que des révisions. Les enfants sont revenus avec un niveau scolaire plus que satisfaisant. En revenant, ils ont suivi leur cursus normal et retrouver leurs copains. La seule difficulté qu’ils ont rencontrée était de rester assis toute une journée en classe. Lillian est rentré en 3 ème et obtenu une mention très bien à son brevet des collèges.

L’école en Indonésie ©5BZH

Malgré tout nous devons avouer que ce n’était pas une partie de plaisir. Nous ne sommes pas du métier et surtout je pense que nous sommes très exigeants envers nos propres enfants. Enfin pour résumer chaque demi-journée était souvent un supplice pour les parents comme pour les enfants. Régulièrement nous avions un des 3 enfants qui avait décidé de ne pas travailler, alors le ton montait très rapidement et l’aspect pédagogique de notre démarche passer au 2nd plan.

Nous nous sommes également fixés comme objectif de visiter une école dans chaque pays que nous allons traverser. Le but n’était pas de nous débarrasser de nos enfants pendant une journée même si parfois nous aurions aimé. Mais le but premier était de leur montrer les écoles du monde, le matériel, les locaux et les modes d’éducation différents des nôtres.

 

Côté santé, comment avez-vous gérer les vaccins et la pharmacie de voyage ?

Maman a profité des vacances scolaires pour prendre rendez-vous au centre de vaccination des voyageurs. Vaccins, vous avez dit vaccins ? Nous limiterons les vaccins au strict nécessaire et nous ne ferons pas par exemple la rage ni l’encéphalite Japonaise. Nous nous contenterons de l’hépatite A, de la fièvre jaune et de la fièvre typhoïde. L’entretien avec le médecin du centre de vaccination est très intéressant. Après nous avoir entendu raconter notre parcours, il reprend pays par pays et explique aux enfants les règles à adopter en matière d’hygiène, de comportement face aux animaux, l’importance du lavage des mains, le risque lié à la consommation de l’eau… Ce médecin a beaucoup voyagé pour son travail et il connait les vrais problèmes que nous allons rencontrer et les questions que nous nous posons. Nous faisons le point également sur le paludisme, nous ne sommes pas partant pour nous imposer une si longue prise de médicaments. Surtout que les effets secondaires sont violents. Ça tombe bien une fois encore, il nous propose un traitement présomptif, c’est-à-dire que nous partons avec chacun une dose de traitement. Ce traitement est à prendre au cas où nous développons certains symptômes et que nous soyons isolés pendant plusieurs jours. Nous voilà rassurés ! Allez maintenant passons aux choses sérieuses, les vaccins. Nous passons dans la salle d’examen à coté et chacun à notre tour, nous relevons courageusement notre manche. Maman se demande encore si la perspective d’aller rendre visite à un certain Ronald pour manger le midi a fait son effet mais personne n’a pleuré !

Maman aura encore un entretien avec notre médecin de famille afin de mettre au point la trousse de secours idéale. Quel médicament utiliser ? Dans quel cas ? les posologies à respecter en tenant compte de l’âge et du poids des enfants… Ses conseils nous ont été précieux et maman revient même avec l’adresse e-mail du docteur avec la consigne de ne pas hésiter à le contacter en cas de questions ou d’interrogations pendant le voyage, nous voilà rassurés.

 

Avez-vous rencontrez des problèmes de santé durant ce tour du monde ?

Nous sommes revenus après un an de voyage en ayant cette impression commune de ne pas avoir eu plus de galère pendant un an de voyage que si nous étions restés en France. Nous avons énormément galéré pendant notre année de préparation c’est une année très difficile. Une année pendant laquelle vous prenez ce projet à cœur et vous vous donnez à 200% pour celui ci mais à côté il reste la vie de tous les jours le travail les enfants les activités scolaires. Au final, c’est plusieurs mois à se coucher à 2 ou 3h00 du matin pour se lever aller au travail à 6h00. Cette année de préparation a été très difficile mais quand nous voyons le résultat nous ne regrettons rien. Seul Adam revient avec une cicatrice au genou : Un accident bête sur un ponton au Cambodge. Mais nous n’avons aucun doute sur le fait que cette cicatrice deviendra rapidement une morsure de requin quand il en parlera ses futures copines.

 

Quel a été votre objet indispensable ?

Les objets indispensables que dire à ce sujet ? Le premier qui me vient en tête c’est le téléphone portable avec 2 applications indispensable dont Maps me et WhatsApp. Ces 2 applications nous ont souvent sortis de galère. Après nous ne serions pas allés très loin sans nos cartes bancaires. Je dis bien nos cartes bancaires nous en avions 3. Mais en y réfléchissant plus je pense que nos passeports étaient les objets les plus précieux à nos yeux.

 

Quelle est la plus grande aventure du périple que vous avez vécu ?

Notre première aventure, celle autour de laquelle a été étudié notre parcours, était un trek de 2 semaines au Népal. Nous avons vécu un mois dans une famille Népalaise, Chez Sonam et sa famille. Le trek que nous a proposé Sonam est constitué de deux étapes principales : le Trek du Tamang Héritage et le Parc National de Langtang.

Le Népal ©5BZH

L’objectif est de passer une nuit à 3800 mètres, le reste ne sera que du bonus.  Sur le chemin, nous rencontrons quelques touristes, malgré le fait que ce trek reste encore boudé par pas mal d’entre eux. Deux touristes français nous interpellent. Ils ont une soixantaine d’années bien tassés.

 » Vous êtes inconscients de faire marcher des enfants aussi longtemps et aussi haut.  »

La femme renchérie :  » Il faudrait peut-être penser bien être des enfants et ne pas se limiter à leur imposer les caprices des parents. Quel plaisir, vous pouvez prendre à faire souffrir vos enfants ?  »

Nous sommes scotchés et bouche bée. C’est Timéo qui le premier aura la répartie adéquate en leur envoyant d’un ton sûr de lui.

 » La seule différence entre nous et vous, c’est que nous on aime ça !  »

Arrivée au refuge à 3800m. Sonam nous confirme qu’il nous amènera à 4400m, il n’a aucun doute sur les capacités de nos trois petits BZH à passer haut la main cette dernière épreuve. Nous ne sommes pas aussi confiants que lui, mais nous sommes motivés pour le faire. Une bonne nuit de sommeil s’impose avant le dernier effort.

Le Népal ©5BZH

Au réveil, nous avons la mauvaise surprise de voir un brouillard épais. Il n’est pas question de partir. Le départ est reporté. Nous n’avions pas imaginé arriver si près du but et devoir rebrousser chemin. Nous attendons patiemment mais il n’est pas question de partir dans de telles conditions. D’une part car les efforts seraient inutiles, nous ne verrons rien une fois que nous serons arrivés en haut, et surtout le risque de chute est trop important. Nous devons patienter et espérer. Notre bonne étoile est avec nous, nous commençons à voir du mouvement dans les nuages qui forment cet épais brouillard. Et très rapidement, les premières éclaircies arrivent. C’est bon, nous avons le feu vert, c’est parti.

Nous sentons rapidement que cette fois nous prenons de l’altitude, chaque mouvement se fait plus lent. La respiration devient plus compliquée. Il n’est plus question de courir ou d’accélérer. On y va à notre rythme. Au milieu de la montée, Adam a une envie pressante et demande si on peut retourner aux toilettes au logement. Il est mignon. Et bien non, il n’est pas question de faire demi-tour. Le temps de trouver un recoin derrière un rocher et nous voilà tous repartis. Ce sont, ce genre de souvenirs que nous ne marquerons jamais dans notre blog, mais que nous ne voulons pas oublier. Nous arrivons à quelques mètres du sommet. Nous décidons de façon collégiale qu’Adam aura l’honneur d’être le premier à mettre les pieds à 4400 mètres. Le temps de prendre quelques photos pour immortaliser ce moment et Sonam nous montre un deuxième sommet, il est situé juste au-dessus. On continue ? demande-t-il en s’adressant aux enfants.

Leurs ascensions au Népal ©5BZH

Les gars ont été tellement volontaires et courageux que nous continuons notre chemin en s’attaquant au Kyanjin Ri 2 à 4773 mètres. La première ascension s’est faite sans trop de difficulté, mais les 350 derniers mètres de dénivelé positif sont une toute autre histoire. Là, il n’est plus question d’accélérer le pas ou même de penser à faire des détours et des gestes inutiles. Tous les pas demandent un effort et nous faisons des pauses régulières. Le sommet est là à porter de vue ! Nous n’abandonnerons plus maintenant alors nous prenons notre temps. Nous sommes comme le Népalais, nous avons le temps, nous sommes des voyageurs et pas des vacanciers. Cela nous rappel cet argument implacable parfois entendu ici, les népalais ont le temps, les touristes ont l’argent. Nous arrivons 4773 mètres, à 30 cm du Mont Blanc. Incroyable, nous n’imaginions pas vivre ces moments. Les enfants sont un peu déçus, il n’y a pas de neige, même à cette altitude. Il aurait fallu dépasser les 5000 m pour avoir ce plaisir.

Nous sommes encore une fois très fiers de nous … mais surtout des petits BZH !

C’est la première fois que Sonam emmènent des enfants aussi jeunes à cette hauteur. La vue est splendide, nous avons souffert un peu dans la montée mais une fois arrivés en haut, nous oublions nos souffrances et notre souffle coupé pour profiter de la vue.

4773 mètres au Népal ©5BZH

La fierté de notre voyage est clairement le courage et la ténacité de nos 3 petits BZH.

Nous leur avons fait connaître pendant cette année le froid, la faim. Ils ont dormis dans un minimum de confort. Une anecdote me revient en tête, lorsque nous sommes arrivés à Phnom-Penh. Je vous raconte :

Nous intégrons notre hôtel, rien d’extraordinaire en apparence, et pourtant… Nous laissons les enfants entrer dans la chambre. Timéo et Adam se ruent dans la salle de bains. Ils ressortent le sourire aux lèvres, se mettent à sauter sur le lit en criant et en chantant à tue-tête

 » Hôtel de luxe, hôtel de luxe, hôtel, hôtel, hôtel de luxe !!!  »

Nous nous attendons à une énorme surprise dans la salle de bains. Un premier regard, nous ramène vite sur terre, il n’y a rien d’extraordinaire, et pourtant les deux petits BZH continuent de faire la fête à côté. Le temps de ramener le calme et on nous annonce tout fièrement.

 » Il y a de l’eau chaude !!! Et des toilettes assises !!! « 

Nous prenons conscience que définitivement, nos trois enfants sauront apprécier le confort de la vie française.

 

Quel est le souvenir le plus mémorable de cette expérience ? Avez-vous eu un réel coup de cœur ?

Sur l’île de Flores, nous avons voulu comme lors de nos étapes précédentes, aller à la rencontre des locaux et sortir des circuits touristiques. Arrivés près de Repi, un village au bord de mer au milieu de nulle part, il reste une question essentielle à résoudre. Si nous voulons être sur place cette nuit pour espérer voir des tortues, nous devons d’abord trouver où dormir ce soir et ceci sans trop nous éloigner.

Repi, une étape authentique ©5BZH

Nous n’avons pas d’autres choix de remettre notre destin entre les mains de Jack, qui nous a conduit jusqu’ici. Nous revenons sur nos pas et nous nous arrêtons dans le premier village que nous rencontrons. Nous laissons Jack parlementer. Après s’être absenter quelques instants, Jack revient vers nous. Il nous fait comprendre qu’il vient de faire une demande d’hospitalité dans ce village. Nous comprenons que nous venons de passer en mode « j’irai dormir chez vous ». Jack nous explique rapidement que nous devons patienter dans l’attente de l’autorisation. Pendant cet instant nous devenons l’attraction du moment. Les enfants s’approchent. Les adultes nous observent d’un peu plus loin. Nous sommes tous conviés à entrer dans une maison du village pour y prendre un thé. Nous sommes accueillis par l’ensemble du village, les femmes et les enfants sont assis d’un côté, les ados étant pour majorité masculins sont devant la fenêtre, quelques hommes sont à l’opposé des femmes. Nous n’avions pas prévu cette situation. Nous n’aimons pas arriver les mains vides. Personne ne parle anglais. Pourtant, l’échange de bons procédés nous paraît être primordial pour montrer, sans les mots, notre volonté de partage. Nous partageons la seule chose que nous avons sous la main. Il nous reste deux boîtes de gâteaux. Les enfants ont l’air d’apprécier. Un homme un peu plus âgé fait son entrée. Nous comprenons rapidement qu’il s’agit d’une personne importante du village. Une place lui est faite de telle façon qu’il ait une vue centrale sur l’ensemble de l’assemblée. Jack fait office de traducteur. Nous présentons notre projet, notre voyage, notre volonté d’aller au plus proche des locaux dans tous les pays que nous traversons. Nous présentons aussi le projet des enfants. Nous répondons à quelques questions et Jack s’absente en compagnie du chef du village. Nous savons alors que notre sors est jeté et que la décision va se prendre à l’extérieur. Les enfants n’ont pas conscience de ce qui se trame.

Repi, une étape authentique ©5BZH

Jack revient enfin. Nous avons fait bonne impression. Nous sommes acceptés à passer la nuit dans ce village. Trois femmes sont chargées de nous préparer notre couchage. Pendant ce temps, nous suivons les enfants du village qui nous montrent les trésors de leur village.

Repi, une étape authentique ©5BZH

Nous allons passer les 3 jours les plus authentiques de notre parcours.

Nous apprécions énormément ces quelques jours passés dans ce village. Nous nous félicitons de voir nos enfants adhérer aussi à cette expérience. Ils semblent heureux, ici au milieu de nulle part, sans connexion, sans confort et sans modernité. Ces moments semblent gravés à jamais dans chacune de nos mémoires. C’est le cœur gros que nous décidons de reprendre la route et de quitter ce petit havre de paix.

Aujourd’hui encore les larmes nous viennent aux yeux lorsque nous évoquons ces quelques jours.

 

RETOUR SUR UNE ANNÉE : LE BILAN ?

Adam

Je suis très content de mon tour du monde, j’ai apprécié être avec ma famille pendant tout ce temps 24h/24. Ce que j’ai le plus aimé c’est de voir un match de baseball et de faire des montagnes russes … parmi les plus grandes du monde.

Je me rappelle aussi de ma balade à dos d’éléphant, d’avoir vu des rhinocéros et aussi d’avoir fait mon premier trek en montagne au Népal. J’ai aussi fait ma première plongée sous-marine.

Les pays qui me manquent dans lesquels j’aimerai retourner sont : le Canada et la Polynésie Française. J’ai beaucoup apprécié la gentillesse des gens et j’aimerai aussi jouer au baseball.

Huahiné, Polynésie Française ©5BZH

 

Ce qui m’a manqué ce sont tous mes copains d’école car ça fait longtemps que je ne les ai pas vus et ma maison car j’en ai un petit peu marre de tout le temps changer d’endroit.

Ce qui va me manquer du tour du monde ce sont les copains que je me faisais partout. J’aimais aussi beaucoup prendre l’avion, le bus, le tuck-tuck…c’était super sympa.

Je suis aussi fier à mon âge d’avoir fait autant de choses comme les montagnes russes, de la plongée sous-marine, de la randonnée en haute montagne.

 

Timéo

Bonjour à tous!

Moi j’ai adoré ce tour du monde :

Les pays que j’ai préférés sont la Polynésie Française et le Canada. Pourquoi? Parce que la Polynésie Française est magnifique avec sa mer bleue turquoise, les poissons multicolores et la gentillesse des gens. Et le Canada car j’ai retrouvé mon parrain et mes cousines, j’ai fait les gigantesques montagnes russes et j’ai vu mon premier match de baseball.

Le Canada ©5BZH

Ce qui m’a manqué pendant le tour du monde et que je serai content de retrouver : La bonne cuisine de France comme les galettes, les crêpes, les pains au chocolat … Il y aussi des personnes comme mes copains, mon parrain, papy & mamy et la famille qui m’ont manqué. Notre maison m’a aussi manqué et je pense que quand je vais la retrouver je vais la trouver bien luxueuse …

En rentrant en France je serai triste que le tour du monde soit fini car j’ai beaucoup aimé prendre l’avion, les bus, le train…… J’aimais aussi beaucoup toutes les découvertes que je faisais sur la faune et la flore lors des visites.

J’ai découvert des matières que j’aime bien comme l’histoire et les sciences et j’ai peut-être trouvé un métier qui me plairait : être archéologue pour réaliser des fouilles sur le terrain et comprendre l’histoire du monde.

Pendant cette année je me suis rendu compte que l’école c’était important et que j’avais la chance de pouvoir y aller car j’ai vu des enfants qui n’avaient pas cette chance. Je me suis rendu compte aussi que j’étais chanceux d’avoir tous mes jouets parce qu’il y a des enfants qui n’ont pas grand-chose, mais ça ne les empêchait pas d’être heureux. Voilà, j’ai  presque terminé et je vous remercie de nous avoir suivis. Gros bisous à tous!

 

Lilian

Après un an d’aventure on relativise plein de choses et aussi on change. Par exemple avant je n’aimais pas le poisson ! Mais il y a aussi des choses ou des personnes qui vont également me manquer quand je serai rentré en France comme :

– La nourriture : ça va me manquer de ne plus manger ces bons plats typiques ou cette nourriture que l’on n’a pas en France, mais ça va faire du bien de retrouver la nourriture occidentale comme des plateaux de fruits de mer, de la raclette ou même un barbecue.

– Mes parents et mes frères : c’est un peu bizarre dit comme ça, mais je m’explique. Pendant un an on a vécu ensemble 24h/24, donc vous comprendrez que ça fera bizarre quand tout le monde va reprendre ses activités et qu’on se verra que le soir, le week-end et les vacances.

– De voyager : car en France, je pense que j’aurai du mal à rester assis sur une chaise pendant une journée (du moins pour le début).

– Les personnes que l’on a rencontré : pour ma part c’est des tour du mondistes comme nous, mais surtout un gars qui s’appelle Zen qui m’a pris sous son aile (il m’amenait pêcher, voir sa future maison qu’il construit tout seul, faire une balade en scooter… ) à Koh Lanta et aussi un groupe d’amis que je me suis fait à l’île de pâques…

L’île de pâque ©5BZH

Mais il y a aussi des personnes et des lieux que je suis content de retrouver :

– Nos proches : il y a des personnes que l’on a pas vu depuis un an qui me manquent.

– Ma chambre : pour vous ce n’est peut être rien, mais quand tu dors à trois dans un lit double (des fois on a un lit pour nous tout seul ou on est à deux dans un lit double ) c’est un peu … comment dire … serré. Voilà pour moi.

Un dernier petit bonus ! Durant notre voyage j’ai entendu une citation que j’aime et que je voulais partager avec vous :

« Voyager est la seule chose qu’on achète qui nous rend plus riche »

 

Kler

Ah, c’est compliqué et plaisant à la fois de devoir vous écrire ceci, c’est comme quand on ouvre et que l’on se replonge dans un album photo! Souvenirs, souvenirs….on en a fait un sacré stock cette année ! Par où commencer? Par le commencement cela sera plus simple.

Ce voyage avait pour but premier de passer du temps en famille, de profiter des enfants, de nous… Nous imaginions vivre une année très relax, mais en fin de compte cela a été une année plutôt chargée voir limite hyperactive …. Les moments de repos et farniente n’ont pas été très nombreux.

Mais ce que nous souhaitions par-dessus tout pour les enfants c’était leur ouvrir l’esprit, qu’ils profitent de ce voyage pour s’ouvrir un maximum à la beauté du monde, à travers ses paysages, ses cultures, ses habitants… le voyage, c’est l’école de la vie. Je sais qu’ils ont changé, nous avons tous changé durant cette année, maintenant j’espère qu’ils tireront profit de cette expérience de vie dans leur futur.

Voyager avec des enfants vous permet de voyager différemment, vous susciter très rapidement la curiosité des personnes, que ce soit de la part des locaux ou encore de celle des autres voyageurs. Les barrières sont souvent très vite franchies et le contact facilité. Cela créé bien souvent de beaux moments d’émotions.

Voyager avec des enfants permet également de « voir » les choses différemment, nous n’apportons pas la même importance lorsque nous observons, par exemple, un site archéologique ou un paysage. Vos yeux d’adulte n’ont pas la même sensibilité ni le même ressenti que les yeux d’un enfant, ils vous font souvent vous arrêter pour montrer des détails que vous n’aviez pas remarqués et que dire de leur imagination sans fin! Cela fait tout simplement du bien.

Les pandas géants à Chengdu, Chine ©5BZH

Nous revenons avec des souvenirs plein la tête de paysages extraordinaires, de rencontres fabuleuses…mais une chose est sûre c’est que je n’ai aucun regret. Que ce soit dans le difficile choix de partir ou bien encore dans le choix des pays traversés, de nos modes de transport, de logements, le sens du parcours (d’est en ouest). Si c’était à refaire je referai les mêmes choix.

Pour ce qui est du retour et bien je suis contente de rentrer, je pars du principe que c’est une nouvelle aventure qui commence. Retrouver la famille, les amis cela va me faire le plus grand plaisir. C’est certain que notre vie nomade va me manquer mais il y aura plein de compensations à côté. De même que cela fera tout drôle quand tout le monde aura repris ses activités chacun de son côté et que nous ne serons plus ensemble H-24.

En ce qui concerne la nourriture, en tant que bon français que nous sommes, il m’a manqué quelques produits au début du voyage et ce jusqu’à 5/6mois. Nos arrêts en Nouvelle Calédonie et en Polynésie Française nous aurons permis de regoûter à certains aliments, ce qui nous a fait très plaisir mais depuis curieusement il n’y a pas grand-chose qui me manque mais je serai très contente de retrouver la diversité qu’il y a chez nous.

 

David

Le moment du retour approche à grand pas maintenant. C’était un moment redouté lors de notre départ. Mais en fait cela va se faire tout naturellement. Je suis très heureux de rentrer. C’est une nouvelle aventure qui nous attend, et nous revenons gonflés à bloc.

Pour ma part, je suis très fier de notre aventure, très fier de l’avoir tentée et très content de son déroulement. Je pense que nous vivrons différemment et que nous verrons la vie autrement. C’est sûrement le fait d’avoir accompli le projet d’une vie qui fait que je relativise tout ce qui pourra se passer en rentrant. Mais c’est aussi le fait d’avoir côtoyer différentes cultures, des personnes d’horizons différents qui fait que nous avons une ouverture d’esprit sûrement plus importante qu’à notre départ.

Nous avons vu des choses incroyables, inoubliables des moments forts en émotion… des galères??… oui un peu…. des coups de gueule ??? ben oui parfois !!!

Maintenant comme l’expliquait Kler, si c’était à refaire et bien nous ne changerions pas grand-chose. L’étape en Irlande nous a permis d’éviter certaines erreurs pour la suite du parcours. Nous nous sommes fixés par exemple des arrêts de 4 – 5 Jours minimum par endroit. Nous avons aussi limité le poids de nos bagages, même si nous aurions sûrement pu limiter encore d’avantage.

Les falaises du Moher, Irlande ©5BZH

Nous sommes aussi très satisfaits de nos choix. Le fait de faire l’Asie avant de traverser le Pacifique a été une très bonne idée. Les fond marins que nous avons vu après l’Asie ont été de plus en plus beaux (Indonésie, Polynésie). Je me souviens en particulier de notre nage avec la dizaine de raies Manta. Cela reste sûrement un de mes plus beau souvenir. Il en va de même pour les balades en montagnes. Vous vous rappeler de notre fierté après être montés à 4773 m au Népal … !!! ? Et bien cela aurait sûrement été moins impressionnant après avoir passé plus de 2 mois entre 3500 m et 5000 m en Amérique du Sud.

Et puis, le Canada pour terminer … Une vrai bouffée d’oxygène, des vacances. Cela nous permet aussi de remettre le pied dans un pays très industrialisé, un pays de consommation. Le choc sera moins difficile au retour. Voilà tout cela pour dire que je suis très content du déroulement et maintenant nous pouvons le dire … Notre année folle de préparation avant notre départ en valait vraiment la peine

Peut-être que ce qui vous intéresse, c’est aussi le ressenti après ces 12 mois d’aventures. Il faudra certainement attendre quelques temps pour avoir … à froid … une synthèse de cette belle année. Mais j’ai déjà des certitudes. Je sais que nous sommes capables de nous détacher des aspects matériels, vivre un an avec le minimum de confort et d’équipement high-tech, c’est possible et c’est très agréable. Ne pas avoir la pression du consommateur lambda pour être au top de la nouveauté, et de l’innovation, ni le regard critique qui va souvent avec… Ça c’est un luxe!

Les boucles de Salta, Argentine ©5BZH

Pour revenir sur les enfants, ils nous ont scotchés à bien des reprises. Leurs capacités physiques, leurs capacités d’adaptation, leur mental ont été impressionnants à bien des égards. Mais cela reste des enfants et beaucoup d’entre vous doivent penser qu’ils ont dû apprendre plein de choses, qu’ils parlent tous anglais couramment, que l’histoire de Chine ou des Incas n’ont plus de secret pour eux… Et bien détrompez-vous !!! Ils sont et restent des enfants. Alors non !!! Ils ne parleront pas anglais couramment, non ils ne sauteront pas de classe en rentrant, non ils ne disserteront pas avec vous de l’après Pinochet au Chili … Non ! Ce sont des enfants qui ont vécu une année extraordinaire dans le sens où elle n’était pas ordinaire. Nous sommes juste privilégiés de l’avoir passée avec eux, d’avoir passé un an, 24h/24 avec nos enfants, de les avoir vu grandir, de leur avoir montré le monde autrement que par les médias et les informations parfois difficiles à décoder. Alors oui, j’ai la certitude que nos enfants ne seront pas les mêmes que s’ils n’avaient pas fait ce voyage, et cela sera pour eux une ouverture d’esprit sur le monde, les religions, les cultures, les étrangers. Je suis heureux par exemple qu’ils se soient rendu compte par eux-mêmes que les blagues sur les roux était purement d’origine française. Ils ont été souvent félicités, photographiés, admirés pour leur couleur de cheveux dans une bonne partie des pays traversés. Je suis également très satisfait qu’ils aient appris à faire confiance à des étrangers, appris à donner, à partager. Alors c’est certain, ils ne seront plus les mêmes et si un jour ils devaient voyager, ils le feront avec l’envie de découvrir le monde et non avec la peur de l’inconnu. En ce sens je suis fier de notre voyage et juste pour cela l’aventure méritait la peine d’être vécue.

Voilà ce n’est pas évident de résumer un an en quelques lignes, mais le principal y est … enfin je crois.

 EN CHIFFRES :

1 cicatrice pour Adam,

1 rdv chez le dentiste  pour Lilian à Bangkok,

3 dents de perdues,

Des dizaines de centimètres de gagnés et quelques kilos de perdus,

150 kg de riz minimum avalés durant cette année,

94 matins sans douche chaude,

125 logements différents auxquels il faut rajouter 29 nuits dans les transports,

49 pots de crème solaire,

2 amendes pour mauvais stationnement,

12 jours complets de pluie et moins de 10 demi-journées de mauvais temps,

7 paires de lunettes de soleil pour David,

Des centaines d’anecdotes,

127 cartes postales envoyées,

152 articles postés,

845 commentaires et autant de réponses,

Plus de 16500 photos

Et un budget respecté….

  

Comment s’est passé le retour après un tel périple ?

Il y a eu plusieurs étapes à notre retour nous sommes arrivés en août et nous étions encore sur notre petit nuage cette situation à durer jusqu’au mois de novembre. Mais à partir de là, les jours ont raccourci, la routine s’est réinstallée et les mois qui ont suivi ont été très difficiles.

Il a fallu attendre le printemps pour que nous retrouvions notre joie de vivre habituelle.

Bien évidemment l’envie de repartir est là. Peut-être pour voyager différemment. Un an c’est très long. Mais on ne peut pas faire un tour du monde en moins de temps.

Alors se sera peut-être, un voyage de quelques mois, limité à un ou deux pays. Mais pour le moment, quand nous mettons des pièces dans la tirelire ça sonne encore le vide.

 

Où pouvons-nous lire et suivre vos prochaines aventures ?

Le blog  5 Bzh à l’aventure est toujours libre d’accès.

Vous y retrouverez toutes nos aventures ainsi que les bons plans que nous avons partagés http://5bzh-a-l-aventure.com/

Screenshot_2020-03-12 5 BZH à l'aventure – Notre tour du monde

 

Ce tour du monde à t-il changer vos relations familiales ? Est-ce qu’un nouveau projet à vue le jour suite à cette expérience ? 

Une famille en tour du monde, en sac à dos, avec trois enfants. C’est l’année que nous venons de vivre, une année exceptionnelle. Exceptionnelle dans le sens où nous venons de vivre une expérience qui fait rêver beaucoup de personnes. Mais cela a aussi été pour nous une année exceptionnelle par ce que nous avons vécu. Une année auprès de nos enfants à les voir grandir, s’épanouir, se construire. Une année à se concentrer sur l’important, les valeurs humaines, les rencontres, les émotions et laisser de côté les besoins matériels et souvent superficiels.

Après notre retour il nous est apparu comme indispensable et comme une suite logique à notre blog d’écrire un livre. Nous l’écrivons d’abord pour nous, pour se laisser un souvenir et un témoignage de ces moments passés en famille. Mais nous l’écrivons aussi pour compléter l’histoire que l’on a déjà transcrite sur notre blog mais cette fois-ci en y ajoutant toutes les anecdotes et les galères rencontrées.

Vous retrouverez notre année de voyage dans plusieurs chapitres, vous nous suivrez au fil de nos découvertes, de nos souvenirs, de nos rencontres, des écoles visitées ou encore des sports pratiqués.

Nous écrivons actuellement notre livre, ce sera le point final à cette aventure, le dernier petit «cadeau» à nos enfants, Sortie prévu courant 2020 ! – Les 5 BZH à l’aventure

3 petits gars en Polynésie ©5BZH

Un grand merci à eux pour leur partage d’aventure en famille.

👍 Like notre article si tu as aimé son contenu

💬 Commente notre article en partageant ton expérience avec nous


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.